5 idées reçues sur le sexe dans la salle de bain

Est-ce vraiment sans danger de faire l’amour sous la douche ? Et de se masturber avec un pommeau de douche ? Prend-t-on plus de plaisir sous l’eau ? Avec l’aide de David Simard, doctorant en philosophie et diplômé de sexologie, nous sommes penchés sur ces quelques mythes (et d’autres) liés au sexe dans la salle de bain.

Peut-on faire l’amour sous la douche sans risques ? 

Pas vraiment.

« L’eau accroît le risque de rupture de préservatif car contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’eau délubrifie le préservatif, mais aussi, pour les femmes, le vagin », selon notre sexologue. Il faut aussi faire attention aux produits qu’on utilise. Certains composants de nos shampoings préférés (antiseptique, antibactériens…) peuvent provoquer des irritations au niveau vaginal ou anal. À manipuler avec précaution donc. Il y a aussi une question de niveau d’acidité ou d’alcalinité de la flore vaginale et de la zone péri-anale. Leur pH quoi.  « Le pH de la flore vaginale en particulier est variable d’une femme à l’autre, et chez une même femme selon la phase du cycle menstruel ou la situation de sa vie (grossesse, ménopause…). Le déséquilibre du pH peut notamment favoriser les mycoses », précise David Simard. Attention donc aux produits au pH acide !

Y a-t-il plus de plaisir à faire l’amour « sous l’eau » (psychologiquement ou physiquement) ?

Ça dépend.

« Le plaisir est une notion subjective. » Comme n’importe quel fantasme, faire l’amour sous la douche peut mener à un certain plaisir. Ceci étant dit, comme nous le rappelle David Simard, « compte tenu des propriétés paradoxalement asséchantes de l’eau, le plaisir [d’une pénétration] peut être moindre, et des douleurs peuvent être ressenties ». À vous de voir si le plaisir de concrétiser le fantasme en vaut le coup !

Y a-t-il une histoire de l’érotisme lié à la salle de bain ?

La salle de bain n’a pas tout le temps été associée à l’intimité. On vous en parlait ici. Ce n’est qu’au 18e siècle que se développe par exemple l’usage du bidet chez la haute bourgeoisie, « associé autant à l’idée d’hygiène qu’à celle d’érotisme, ce qui en fait un objet tabou ». Le bidet finit par rentrer dans les mœurs, mais la toilette intime reste très « stigmatisée par les milieux conservateurs et religieux » qui y voient une incitation à la masturbation.

Peu à peu, les salles de bains finissent par toutes se fermer à clé, et aujourd’hui encore, la pièce est fortement liée à l’érotisme et l’auto-érotisme. Notre spécialiste a d’ailleurs son hypothèse : « La salle de bain représente, pour les adolescents, la seule pièce de leur lieu d’habitation où ils peuvent s’enfermer et se retrouver en même temps nus, et donc le lieu privilégié pour la découverte de leur corps et la masturbation ». Pour les premiers rapports sexuels, on ira plutôt squatter le grand lit double de Papa Maman d’ailleurs. Cette idée forte que la salle de bain reste le lieu privilégié de la masturbation « pourrait donc être dûe à une organisation de l’espace dans les lieux de vie aujourd’hui, et partant de l’espace intime ».

La pratique masturbatoire du « pommeau de douche » est-elle sans risques ?

C’est déconseillé.

On vous le disait, l’eau peut provoquer des infections et déséquilibrer le pH de la flore vaginale. Attention mesdames à ne pas faire entrer de l’eau dans le vagin en quantité. En revanche, « pas de risque particulier à diriger le jet du pommeau de douche sur le clitoris pour stimuler celui-ci », affirme David Simard. Bien sûr, pour les femmes comme pour les hommes, une seule chose à vérifier : la puissance du jet.

Selon vous, quels mythes sur la pratique sexuelle dans la salle de bain devrait-on abolir ?

La dimension érotique de l’eau.

On l’a vu, l’eau n’est pas l’élément le plus pratique pour la pratique sexuelle. Pour David Simard, « nombre de publicités (pour des gels douche notamment) en rajoutent sur la dimension érotique de l’eau ». Sans être fondamentalement dangereux, ce mythe peut s’avérer trompeur à l’épreuve de la réalité. Enfin, « un bon bain détend et peut conduire à laisser vagabonder son imagination ! »

BONUS : Comment fait-on pour faire l’amour dans le bain sans se faire mal ?

« On fait attention ? » conclut le sexologue.

Merci à David Simard, doctorant en philosophie, diplômé de sexologie

A lire aussi : 

Quand « ma » salle de bain devient « notre » salle de bain
Les chansons pour (bien) faire l’amour dans sa salle de bain
Les secrets pour bien choisir sa brosse à dents

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s