La photographe Margaux Pastor, pour « une vision fantasmée de la salle de bain »

EN IMAGES – Margaux Pastor est photographe. Militante féministe, elle s’intéresse à l’image des femmes dans leur intimité, là où jamais personne ne les voit. Son terrain de jeu ? Sa propre salle de bain, où elle reçoit ses modèles pour les mettre en scène dans des clichés sexy. Loin, très loin des photos classiques de studio.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans ta salle de bain : Ce n’est pas un peu bizarre, pour toi, de photographier des modèles dans ta propre salle de bain ?

Margaux Pastor : A vrai dire, les différences entre un shooting en studio ou dans ma salle de bain, je les ressens de moins en moins… Parce que depuis que j’ai déménagé, c’est quasiment tout mon appartement qui est potentiellement un lieu de shooting ! Dans cette démarche, j’amène quelqu’un dans ma propre intimité. Mais ça n’est pas dérangeant car je ne montre que ce que je veux sur la photo.

Selon toi, y’a-t-il des choses de l’intimité qu’une photo ne doit pas montrer ?

En ce qui me concerne, les défauts de ménage ! Je nettoie bien la baignoire et toute la pièce avant de mettre qui que ce soit dans le bain. Les photos que je prends sont plutôt du genre « sexy », ou « boudoir » comme les américains diraient. L’idée, ce n’est pas de retranscrire la réalité, mais plutôt de faire rêver. Mes photos doivent faire apparaître une version fantasmée de la salle de bain, pas une vision hyperréaliste.
Quel est ton secret pour mettre tes modèles à l’aise , alors qu’elles sont nues dans le bain ?
Je fais des fausses blagues de relou : « Je te connais depuis 10 min et tu es déjà toute nue dans ma baignoire ». Avec ma tête et mes idées (Margaux Pastor est militante féministe, ndlr), les modèles rigolent. Je laisse les filles se déshabiller tranquillement, sans pression. Je garde toujours une voix calme, et surtout je fais des blagues. Ça marche toujours !

Retrouvez toutes les photos et les projets de Margaux Pastor sur son site et sur sa page Facebook.

Propos recueillis par Camille Kaelblen

A lire aussi : 

Quand « ma » salle de bain devient « notre » salle de bain
En images : Léa, 20 ans : « je suis accro aux bains »
La guerre balnéaire

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s